Resinter : une journée consacrée à la transition écologique des systèmes alimentaires
04/09/2018
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Le réseau international du ministère s’est réuni, comme tous les ans, à la fin du mois d'août au siège de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) à Paris. Le thème de cette journée du 30 août 2018 était celui de la transition écologique des systèmes alimentaires. L'événement a rassemblé pas moins de 250 personnes.

Depuis onze ans, les agents du ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation travaillant à l’international, ou mis à disposition auprès d’organisations internationales ou des ambassades en tant que conseillers agricoles - ou adjoint - sont réunis annuellement par le Service Europe et international du ministère pour faire vivre ce réseau et réfléchir ensemble sur un thème donné, cette année « la transition écologique des systèmes alimentaires ».

Après des présentations de cadrage du Centre d’études et de prospective (CEP) du ministère, une quinzaine d'intervenants représentant une grande diversité de structures ont débattu de ce thème. Outre certains agents du réseau, l'auditoire aura pu apprécier la présence et les témoignages de représentants de la FAO, de l’AFD, d’agriculteurs, d’ONG, de think tank et d'instituts de recherche, d’entreprises, et de la Commission européenne.

Les enjeux de la transition écologique des systèmes alimentaires

Les débats, animés par le journaliste Pascal Berthelot, étaient organisés en trois tables rondes :

  • la première sur « transition écologique, systèmes de production, emplois et revenus » a permis d’aborder les questions suivantes : la transition écologique est-elle favorable pour l'emploi ? Quels sont les coûts et les conséquences sur les revenus ?
  • la deuxième sur la transition écologique, le commerce et les normes a traité des conséquences de la transition écologique en matière de régulation du commerce international, des enjeux autour des normes et de savoir comment les entreprises françaises s'adaptent aux exigences croissantes en matière de performance environnementale.
  • la troisième a abordé les implications pour l'action publique nationale et européenne en examinant comment la transition écologique est prise en compte dans la PAC actuelle, dans la PAC post-2020 en préparation et dans les autres politiques.

Après chaque table ronde, les synthèses faites par des représentants du ministère et les échanges avec la salle ont permis aux participants de se forger un avis plus précis sur la transition écologique des systèmes alimentaires et sur le rôle du ministère pour accompagner celle-ci.

Enfin, l'organisation de cette journée a également permis de renforcer le réseau. C’est en effet l’occasion pour les agents en poste à l'international de se retrouver, d’apprendre à mieux se connaître et à créer des synergies afin de porter au mieux les positions françaises dans leurs institutions ou pays de résidence.

Crédit ci-après
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Resinter, ou l'importance du réseau international du ministère

Ce réseau est constitué de plus de 400 agents travaillant sur les questions internationales, que ce soit en France, au sein du ministère ou d'autres organismes publics, mais aussi à l’étranger, au sein des ambassades, de la Commission européenne, ou des grandes organisations internationales (OMC, FAO, banques de développement…).

La diversité de ce réseau est une force essentielle pour le ministère. Une grande partie des politiques qu’il met en œuvre se raisonne à une échelle européenne et internationale. La sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire et phytosanitaire ou bien les questions environnementales, climatique ou  commerciales par exemple.

Voir aussi